Comment Nintendo est en train de devenir un géant du mobile

12. septembre, 2016

Les applications mobiles Pokemon Go et Super Mario Run doivent tirer le groupe d’un marasme dans lequel il est plongé depuis 2008. Son but : redevenir une tête d’affiche dans l’univers du jeu.

Dans une keynote Apple finalement assez pauvre en annonces, c’est sans doute Nintendo qui a su le mieux tirer son épingle du jeu ce 7 septembre. Il faut dire que le Japonais a eu par deux fois les honneurs de la scène avec d’abord l’annonce du lancement d’une version Apple Watch du carton Pokemon Go, puis celle de l’arrivée de la toute première version iOS de la franchise Mario Bros, avec Super Mario Run.

C’est le créateur de Mario en personne, Shigeru Miyamoto, qui s’y est collé, présentant le gameplay d’une application mobile pour la première fois conçue directement par Nintendo. Le jeu sera disponible sur l’App Store en décembre dans plus de 100 pays et dans neuf langues différentes. En attendant, un pack de stickers gratuits pour iMessage sur le thème de Mario sera lancé ce mois-ci dans l’App Store.

Les marchés boursiers ne s’y sont pas trompés. L’action du pionnier nippon du jeu vidéo a bondi de 13% en bourse suite à l’annonce de l’exclusivité donnée aux iPhone et iPad pour ce titre inédit. Si de nombreux observateurs évoquent aujourd’hui un tournant (« tenkan » en japonais) dans la stratégie de développement de Nintendo, l’inflexion ne date pas d’hier. Le patron de Madvertise, Paul Amsellem, y voit d’ailleurs un parallèle avec… Apple. « On a deux groupes qui, quelques mois après le décès de leur très populaire président, ont pris des directions qui auraient paru inenvisageables jusque-là. » Un iPhone SE entrée de gamme pour Apple, des jeux mobiles pour Nintendo.

Tout a commencé en mars dernier avec le lancement en partenariat avec le studio DeNA d’une application mobile baptisée Miitomo. Ce réseau social « nouvelle génération » s’est très rapidement glissé en tête de l’App Store et du Google Play Store, avec plusieurs millions de téléchargements la première semaine et un engouement qui s’est propagé depuis le Japon jusqu’à l’Europe et les Etats-Unis. Le soufflé va pourtant retomber très rapidement. Fin mai, l’application bascule dans l’anonymat le plus total avec moins de 2 000 téléchargements par jour, selon SurveyMonkey. Et elle n’en ressortira pas.

Pour en savoir +